Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche mardi 20 février 2018
Logo label Ville Internet

Biodiversité

Depuis maintenant 10 ans, la Ville agit pour préserver la biodiversité. De sa qualité dépend le bien-être et la santé des habitants ! Petit panorama des actions engagées.

Des faucons pèlerins à Ivry ?

Mais bien sûr ! Sur les trois couples vivant en Ile-de-France, un a emménagé en 2010, au sommet de la cheminée de la CPCU, près du pont d’Ivry. Étonnant ? Pas tant que cela. Alors que de nombreuses espèces sont en déclin dans le milieu agricole, d’autres colonisent les villes. Pour qu’il y ait des oiseaux sur un territoire, il faut des insectes, donc des plantes, soit tout un écosystème. Mais l’usage de pesticides a parfois éliminé une partie des insectes dans les campagnes. La ville est ainsi devenue un terrain de chasse plus prolifique pour certaines espèces. On assiste par ailleurs à une prise de conscience de l’importance de la biodiversité. Dans notre commune, des actions de protection et de maintien de la faune et de la flore sont entreprises depuis une décennie.

Vers le haut

Les oiseaux des petits bois

Soucieuse de développer la biodiversité, la Ville a signé une convention avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO), à partir de 2007. L’objectif est de protéger les espèces sur le site de la promenade des petits bois en plantant des arbustes à baies ou en arrêtant le recours aux produits phytosanitaires. Depuis lors, le nombre et la diversité des espèces présentes sur place grandissent. Des oiseaux habitués des milieux forestiers ont été observé tels que le pouillot véloce et le rouge-gorge, signe que l’espace vert est de qualité.

 

 

Vers le haut

Des ruches au fort

En 2010, six ruches ont été implantées sur un terrain municipal aux abords du rond-point Dombrowski. Les enfants des écoles et des centres de loisirs participent à la récolte du miel et à des animations pédagogiques avec l’Association de protection des abeilles ivryennes (APAI - http://abeilles-ivryennes.jimdo.com/  ).

L’objectif est de sensibiliser les Ivryens à l’importance des abeilles qui sont victimes de surmortalité. Sans elles, les plantes à fleurs ne sont pas fécondées, ce qui représente un risque majeur pour la biodiversité. Au delà, cela répond à l’aspiration des citadins d’être au contact de la nature en milieu urbain et de préserver l’environnement.

Vers le haut

  • 01-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Depuis le début de l’année, la gestion du rucher municipal situé sur la réserve Dombrowski est confiée à l’Association de protection des abeilles ivryennes (APAI).
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 02-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Jeudi 5 juin, c’est la première récolte de l’année pour la toute jeune association. Vingt-sept cadres ont été prélevés sur trois ruches.
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 03-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Des cadres sur lesquels les abeilles ont déposé le miel et qu’il faut d’abord « désoperculer » : la porte de cire est enlevée de façon à libérer le miel.
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 04-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 05-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 06-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    « Il va avoir une belle densité ce miel ! » constate avec bonheur l’apiculteur Jean-Claude Perrin, président de l’APAI.
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 07-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Les cadres sont placés un à un dans l’extracteur, une cuve en acier dans laquelle la force centrifuge va permettre d’extraire le miel à froid.
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 08-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 09-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    C’est la toute première fois que les membres de l’association utilisent ce nouveau matériel… avec lequel il leur faut faire connaissance !
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 10-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 11-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Ça y est, c’est parti ! L’extracteur tourne à pleine vitesse.
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 12-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 13-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 14-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Le miel libéré des cadres coule à flot !
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 15-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 16-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 17-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    Au total, une cinquantaine de kilos de miel a pu être récoltée cette année.
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte
  • 18-recolte miel-abeille ivry-1024-201407
    © Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte

Vers le haut

Un aménagement respectueux des espèces

À travers la charte des espaces publics et la charte Eco-quartiers, la préservation de la biodiversité est devenue un objectif de toutes les opérations d’aménagement. Chaque projet doit intégrer la création d’espaces verts, des aménagements sur les bâtiments (toitures et façades végétalisées, nichoirs, etc.) afin de palier aux manques identifiés.
Le développement d’une trame verte entend également favoriser le cheminement de la faune à travers la commune, le développement des plantes et la protection d’arbres remarquables(voir ci-dessous).

Arbres protégés au Plan local d'urbanisme (PLU)

Voir en plein écran

Vers le haut

Entretien des espaces verts : adieu produits toxiques !

Les services municipaux ont totalement modifié leur façon de gérer les espaces publics, en supprimant l’utilisation des produits phytosanitaires. L'apparition d’herbes folles ne signifie pas qu’il n’y a plus d’entretien des espaces, mais qu’il est fait autrement ! Dans les massifs, les jardiniers disposent du « mulch », un paillis composé de branches d’arbres broyées, qui limite la pousse des mauvaises herbes et maintient le sol humide, ce qui permet des économies d’eau. La taille des haies pendant les périodes de nidification a été supprimée. Les plantes indigènes, c’est-à-dire adaptées au climat, donc moins fragiles, sont plantées davantage.

La gestion différentiée en 8 points

  1. Suppression des produits phytosanitaires pour éviter la pollution des sols sur les 18 hectares d’espaces verts que gère le service municipal d'entretien des espaces publics

  2. Développement du paillage dans les massifs pour réduire l’arrosage et la consommation de l’eau.

  3. Achat de plantes dans des godets en tourbe et non plus en plastique pour réduire les déchets.

  4. Utilisation maximum de massifs de plantes vivaces pour éviter la replante chaque année. Installation d’arbustes plus rustiques, résistant mieux aux attaques d’insectes.

  5. Tonte des pelouses uniquement si nécessaire pour éviter la production de CO2.

  6. Valorisation de l’engrais naturel (en laissant par exemple les feuilles mortes se décomposer dans les espaces verts).

  7. Plantation d’arbres au développement adapté au milieu urbain pour éviter taille et élagage intensifs.

  8. Favoriser le développement des insectes bienfaiteurs (coccinelles, chrysopes...) pour détruire naturellement les insectes prédateurs des plantes (pucerons...).

Vers le haut

Haut de page