Ivry-Dianguirdé : sources d’échanges | Ville d'Ivry-sur-seine
Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche lundi 20 août 2018
Logo label Ville Internet

Ivry-Dianguirdé : sources d’échanges

Le conseil Municipal a voté le nouveau programme pluriannuel de coopération avec la commune malienne de Dianguirdé. Un pas de plus vers le renforcement de l’amitié, de la solidarité et du partenariat entre les populations des deux collectivités, ainsi que vers une meilleure connaissance des cultures pour une compréhension mutuelle.

Le Mali était à lordre du jour du conseil du 18 février 2016. Plus précisément le renouvellement du programme de coopération décentralisée entre la commune de Dianguirdé et la Ville, adopté à 37 voix pour – 6 voix contre du groupe des élus de droite.

 

Le nouveau projet, pour la période 2016-2018, se développe selon huit axes :

  • eau, assainissement et environnement ;
  • émancipation et autonomisation des femmes ;
  • santé et prévention ;
  • développement de la commune de Dianguirdé par et pour les habitants et échange d’expériences institutionnelles ;
  • éducation et soutien à la scolarisation ;
  • sensibilisation de la population de Dianguirdé autour des enjeux et risques migratoires ; 
  • renouvellement du financement d’un poste d’animateur rural sur place ;
  • diffusion de la culture malienne en France.

Il est signé entre la Ville d'Ivry-sur-Seine, la commune rurale de Dianguirdé, le comité de jumelage, l' AMSCID et l'association de développement de la commune de Dianguirdé.

L’eau constitue l’un des principaux volets de ce programme de coopération, en raison du caractère rare de cette ressource naturelle en zone sahélienne, où la pluviométrie est faible.

Les deux villes partenaires avaient travaillé à un 1er programme (2007-2009) ayant permis la réalisation de 10 forages. Cette action prévoyait la réalisation de 18 forages mais 8 se sont avérés négatifs.

Etant donné que les forages ne permettent pas de trouver de l’eau à Torodo, les partenaires ont étudié la possibilité de faire une adduction d’eau, dans le mesure où cet ouvrage serait financé par des bailleurs de fond.

Cette adduction permettrait un accès à l’eau aux 7 000 habitants de Torodo (village le plus important de la commune, disposant d’un centre de santé et d’une école) et de renforcer le service public de l’eau qui relève au Mali de l’échelon communal. Des latrines publiques seraient également réalisées, pour limiter la pollution des sols et préserver la ressource en eau.

D’autre part, le programme de coopération prévoit d’étendre l’activité maraichère en renforçant le soutien aux organisations de femmes et en favorisant la construction de nouveaux périmètres maraichers. Enfin, un volet éducation est également prévu afin de favoriser la scolarisation des enfants.

Haut de page