Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche lundi 19 février 2018
Logo label Ville Internet

Compte-rendu du conseil municipal du 21 décembre 2017

Débats controversés sur la Zac Ivry Confluences et unanimité sur l’évolution du Centre communal d’action sociale (CCAS). Tels ont été les deux sujets majeurs à l’ordre du jour du conseil municipal du 21 décembre. Retour sur les échanges.

Ivry Confluences : pierres d’achoppement

Présenté le 21 décembre, le compte-rendu annuel de la Zac Ivry Confluences a fait l’objet de débats controversés lors du dernier conseil municipal de l’année. Retour sur les échanges.

Le bilan d’étape d’Ivry Confluences a mis en exergue l’avancée des travaux mais également certaines problématiques saillantes (financement, espaces verts, géothermie, stationnement…).© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Alex Bonnemaison

C’est un projet urbanistique majeur estimé à plus de 700 millions d’€ : la Zone d’aménagement concertée (Zac) d’Ivry Confluences entre dans sa neuvième année opérationnelle. Lors du conseil municipal du 21 décembre, les élus étaient invités à se pencher sur le compte-rendu annuel de la Zac au titre de l’année 2016, réalisé par l’aménageur, Sadev 94.

Un point d’étape rapporté par Romain Marchand, premier adjoint au maire en charge de l’urbanisme, qui a notamment salué le rythme soutenu des constructions.

« 326 nouveaux logements ont ainsi été livrés en 2017, dans le respect de notre habituel équilibre entre logements sociaux d’une part, et en accession à la propriété d’autre part. Nous pouvons aussi nous féliciter des dispositifs mis en place pour favoriser l’accès à la propriété des Ivryens qui représentaient 67 % des acquéreurs en 2016. » Concernant l’aspect financier du projet, 210 millions d’€ de dépenses avaient été engagés par l’aménageur au 31 décembre 2016 (essentiellement pour l’acquisition du foncier) et 100 millions d’€ de recettes avaient été perçues. Un différentiel qui a provoqué l’inquiétude de certains élus, à l’image de Sandrine Bernard (groupe socialiste) pour laquelle « l’équilibre de cette Zac devient précaire. Peut-être est-il nécessaire de revoir à la baisse la part de logements sociaux ». Une proposition qui a fait réagir le maire, Philippe Bouyssou, pour qui « ce projet n’aura jamais pour fonction de chasser les catégories populaires. S’il y a bien un levier à ne pas activer, c’est la réduction des logements sociaux. Nous continuerons donc à nous battre sur la question de l’attractivité économique du quartier pour le financer ».

Zone minérale

Autres pierres d’achoppement sur la Zac : le manque d’équipements publics, de places de stationnement et d’espaces verts. Pour Saïd Hefad (Convergence citoyenne ivryenne), « il devient urgent de livrer les équipements publics attendus ». Stéphane Prat, au nom du groupe Europe Écologie les Verts, a quant à lui dénoncé « l’impression d’étouffement exprimés par les habitants qui ne se retrouvent pas dans ce quartier tout en béton. Une réorientation du projet est donc impérative afin que ceux-ci s’épanouissent dans un environnement tant végétalisé qu’apaisant ». Un avis partagé par Sebastien Bouillaud (groupe l’Alternative pour Ivry) pour qui « la situation des espaces publics est très problématique, au regard notamment de l’augmentation des stationnements sauvages et de la densité trop importante du quartier ». La délibération concernant l’adoption du compte-rendu annuel de la Zac a finalement été adoptée à la majorité. Les groupes Europe Écologie Les Verts et l’Alternative pour Ivry ont voté contre.

Florian Guéguen         

Action sociale : vers un guichet unique

Le Conseil municipal du 21 décembre a acté l’élargissement du périmètre d’intervention du Centre communal d’action sociale (CCAS).

Les Ivryens bénéficieront désormais d’un CCAS à part entière.© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric Iriarte

Selon les derniers chiffres connus à Ivry, près de 26% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, contre 12% au niveau national. Une réalité crue, sans appel, à laquelle la Ville essaie tant bien que mal de répondre par ses politiques sociales. Or, celles-ci peuvent paraitre floues pour les habitants qui y sont éligibles, du fait notamment de la multiplicité des interlocuteurs auxquels ils doivent faire face. « Face à l’aggravation des conditions de vie, nous avons voulu réinterroger fortement nos politiques d’action sociale, a déclaré Mehdi Mokrani, adjoint au maire en charge des politiques sociales et solidaires, qui rapportait sur la question. Il me semble pertinent que ces problématiques soient désormais portées par une structure unique, qui pourra y répondre de manière transversale. » Pour faire face à cet enjeu fondamental, le CCAS rassemblera désormais l’action sociale, les services des retraités, des soins infirmiers et d’aide à domicile.

« Nous ne pouvons qu’être d’accord avec cette stratégie, a réagi pour sa part Sandrine Bernard, au nom du groupe socialiste. Nous sommes très demandeurs d’une structure de coordination. Reste maintenant à être vigilant sur la mise en œuvre de cette extension. » 

Un avis partagé par Sébastien Bouillaud (groupe l’Alternative pour Ivry) qui s’est félicité « que la Ville se dote enfin d’un véritable CCAS », ainsi que Mehdy Bellabas (groupe Europe Écologie les Verts) qui voit dans la création du CCAS, « un triple intérêt : opérationnel, financier et prospectif. » Quant à l’EMMAD*, après concertation au sein de la majorité, il n’intégrera pas le périmètre du CCAS. La délibération a été adoptée à l’unanimité.

Florian Guéguen

* Espace municipal de médiation et d’accès aux droits

Tramway T9 : rester sur les rails

Un vœu d’urgence était présenté par la majorité municipale afin de promouvoir la défense du service public et de l’intérêt général sur le réseau des transports publics en Île-de-France, et plus particulièrement sur le T9.

Île-de-France mobilités (ex-STIF) est en effet appelé à se prononcer très prochainement sur le futur exploitant de cette ligne, faisant craindre le choix d’un opérateur privé, aux dépens de la RATP.

« L’organisation des transports et de la mobilité est un enjeu majeur de notre société, tant sur le plan social qu’économique et environnemental, a déclaré Pierre Chiesa (groupe Europe Écologie les Verts), rapporteur du vœu. À l’échelle de notre territoire, le T9 s’inscrit dans cette démarche et constitue une étape importante dans le renouveau des tramways en Île-de-France. Par conséquent, nous considérons que la RATP doit rester l’opérateur unique du T9, afin de garantir les conditions de travail des agents, ainsi que la qualité du service rendu auprès des usagers. »

Le vœu a été adopté à la majorité. Le groupe l’Alternative pour Ivry a voté contre.

Florian Guéguen

Politique de la ville

À Ivry, quatre secteurs sont concernés par la politique de la ville : Ivry-Port, Gagarine, Monmousseau, Pierre et Marie Curie. Désormais gérée par le Territoire Grand Orly Seine-Bièvre, celle-ci prévoit des moyens supplémentaires aux quartiers concernés selon des thématiques ciblées : « lien social et participation des habitants », « santé », « lutte contre les discriminations ». L’assemblée communale était invitée à prendre acte du bilan 2016 du contrat de ville Seine-Amont. Il lui était également demandé de s’associer à l’appel de Grigny : une adresse solennelle lancée au Président de la République en octobre 2017, par des maires et responsables associatifs, afin de mieux prendre en compte le sort des quartiers prioritaires. Le bilan a été adopté à la majorité, le groupe l’Alternative pour Ivry a voté contre. Le soutien à l’appel de Grigny a été voté à l’unanimité. 

Travail dominical

Autre point à l’ordre du jour : la dérogation à la règle du repos dominical pour l’année 2018, qui prévoit notamment l’ouverture de certains commerces de détail lors de cinq dimanches. Au nom du groupe France Insoumise, Ali Algül a rappelé que « l’extension du travail dominical est une véritable régression sociale. C’est pourquoi, je vous invite à voter contre ces propositions. » La délibération a finalement été adoptée à la majorité (26 voix contre 10).

Haut de page