Le maire Philippe Bouyssou et les élus vous donnaient rendez-vous le mardi 19 janvier à 18h30 pour une e-réunion publique sur le devenir du centre Jeanne-Hachette et de notre cœur de ville.


Pour revoir la réunion publique :

Dossier réalisé par Catherine Mercadier, Sylvie Moisy et Ahmed Talbi.
IvryMaVille n°525 - Janvier 2021

ENGAGER ENFIN LA RÉNOVATION

Carnets de notes en main, des petits groupes d’architectes et d’urbanistes étrangers, mais aussi d’étudiants, viennent régulièrement observer in situ le Centre Jeanne Hachette, également appelé "les étoiles de Renaudie". Conçu à la fin des années 60 par les architectes Jean Renaudie et Renée Gailhoustet, il répondait à la demande de la municipalité de rénover un centre-ville devenu vétuste et de produire de nombreux logements, essentiellement sociaux. Depuis, ce patrimoine structurant jouit d’une renommée internationale.

"C’est une architecture unique, reconnaît Gilles Montmory, chargé d’opérations au sein de l’Atelier municipal d’urbanisme, qui sert parfois de guide aux visiteurs. Une sorte d’hybridation entre les grands ensembles et leurs tours d’habitation qu’on construisait à l’époque et la Cité radieuse du Corbusier qui rassemble dans un même bâtiment toutes les fonctions d’une ville. Jean Renaudie et Renée Gailhoustet revendiquaient, eux, un lieu complexe avec des logements, des commerces, des équipements... favorisant surtout le lien social ! "

D’aspect pyramidal, la structure en béton comprend une rue intérieure principale allant du métro à la mairie ainsi que des voies complémentaires, facilitant les déplacements horizontaux et verticaux.
Le lieu ne s’apprivoise pas d’un seul coup d’oeil ! Il faut le fréquenter pour repérer par exemple que les entrées sont situées derrière les tours. Les commerces ont été positionnés au rez-de-chaussée et au premier étage, les bureaux au deuxième et, enfin, les appartements, en étoile, dans les étages supérieurs. Ils sont tous dotés d’une terrasse-jardin, ce qui est rarissime en 1970.

Nouveau coeur de ville

Deux décennies après sa création, le Centre Jeanne Hachette commence à décliner, en raison de la désaffection du petit commerce et du développement des grandes surfaces. "Quand je vivais ici, entre 1973 et les années 80, c’était formidable, se rappelait une habitante lors d’une des dernières réunions publiques en 2019. Il y avait une vraie vie sociale, des rencontres quotidiennes, des commerces. Sur ce dernier point, on a assisté à une dégradation faramineuse depuis les années 90." À cela s’ajoutent des problèmes de tranquillité publique évoqués par une riveraine, toujours en 2019. "Ce centre est anxiogène et crade ! On croise des dealers, des gamins qui se baladent à moto." Par ailleurs, l’actuelle crise sanitaire a entraîné une hausse du nombre de personnes en grande précarité qui trouvent refuge dans le centre.

Face à toutes ces difficultés, la Ville cherche des solutions tout en poursuivant l’entretien et la maintenance (7,2 M € dépensés entre 2014 et 2019). Deux projets de rénovation n’ont pas abouti. En 2004, le premier tablait sur une restructuration à dominante commerciale avec une évolution importante des bâtiments. En 2011, il s’agissait d’un regroupement de tous les services administratifs municipaux. Parallèlement, au pied de la rampe centrale, la Ville aménage l’Espace Gérard Philipe, lieu actif de démocratie participative.
En 2015, la concertation est relancée, d’où découle un nouveau projet : "L’objectif est de repenser un coeur de ville autour du Centre Jeanne Hachette en conservant la mixité entre commerces, services municipaux accueillant du public, activités culturelles et enfin acteurs de l’économie sociale et solidaire", explique Linda da Costa, chargée de suivre le projet au sein de la Direction générale des services municipaux. La Ville souhaite financer les études et les premiers travaux dès 2021-2022". Aussi, elle reprend les échanges avec les habitants, usagers et tous ceux qui travaillent dans le Centre en ce début d’année. Contexte sanitaire oblige, ce sera le 19 janvier à 18h30 en direct sur la page Facebook de la Ville.

Décryptage

  • Vues sur le centre
    Lieu de vie, de passage, d’achalandage, de rendez-vous… Le Centre Jeanne Hachette mixe logements, commerces, services et entremèle privé et public. Au point de s’y perdre.
  • L'accueil au centre
    La future mise en place d’un pôle accueil, réunissant plusieurs services municipaux en lien direct avec le public, se veut un élément structurant du projet Jeanne Hachette.
  • Une charge pour la Ville
    La Ville consacre un investissement financier important et permanent au Centre Jeanne Hachette. Un engagement pour protéger le lieu et garantir l’accueil du public.
  • Interview de Romain Marchand, 1er adjoint au maire en charge de l’aménagement de la ville
    "Construire collectivement"

Dates clés

  • 1960/1980 : Rénovation du centre-ville et construction du Centre Jeanne Hachette (inauguré en 1972).
  • 1990 : Premières fermetures de commerces.
  • 2004 : Premier projet de rénovation à dominante commerciale avec l’architecte Emmanuelle Colboc.
  • 2011 : Deuxième projet regroupant tous les services administratifs municipaux.
  • 2015 : Relance de la concertation avec des ateliers et un collectif comprenant élus, habitants et services municipaux.
  • 2020 : Un nouveau projet se dessine avec un pôle de services municipaux accueillant du public, des commerces, des activités culturelles et des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Il figure dans le programme municipal.
  • 2021 : Fin de la concertation et début des premiers travaux.
    Lancement d’une étude urbaine participative sur les sites libérés par les services municipaux.
  • Après 2021 : Végétalisation d’une partie de la place Voltaire pour réduire l’effet d’îlot de chaleur l’été et diversifier ses usages.
Retour en haut de page