437-actu-1-ivry-Motiv-2018-1500.jpg

Il faut rester motivé.es ! Du 12 au 24 octobre se tiendra la troisième édition d'Ivry motiv', consacrée à la célébration des initiatives de la jeunesse ivryenne. « Ivry motiv' c'est mettre en relation les jeunes les uns avec les autres, pour qu'ils s'inspirent entre eux », résume Abdoulaye Fall, responsable du service municipal Accès aux droits, à l'autonomie et à la réussite scolaire (ADARS) de la Direction jeunesse. « Un jeune n'est pas la jeunesse, poursuit-il. Chacun est différent, mais tous ont besoin d'être accompagnés, informés et orientés pour réaliser leurs rêves. »

L’événement Ivry Motiv’ sera l’occasion de présenter à nouveau les dispositifs d'aide à la réussite Coréus (contrat de réussite solidaire pour l’accès à l’autonomie) et Coup de pouce,  instruits par la Direction jeunesse. Ces deux dispositifs proposent un accompagnement méthodologique et un soutien matériel voire financier pour les jeunes de 16 à 30 ans. Si Coréus concerne principalement les projets individuels (formations, stages etc.), Coup de pouce accompagne surtout les projets collectifs dans les domaines de la culture, de la solidarité et du développement durable.

Aller plus loin

« La jeunesse ivryenne constitue une formidable richesse. Depuis 2009, plus de 900 jeunes ont pu bénéficier des dispositifs Coréus  et Coup de pouce, sans compter ceux qui ont obtenu une bourse d’étude dans le cadre de la première édition d’Ivry Motiv’. Désormais, il faut encore aller plus loin », expliquait Mehdi Mokrani, l’adjoint au maire en charge de la jeunesse, lorsqu’il rapportait sur le futur fonds de dotation Ivry Motiv’ lors de la séance de janvier 2017 du conseil municipal. Ce nouveau dispositif, adopté par l’assemblée communale, prévoit davantage de moyens et une orientation plus professionnalisante que les deux autres programmes. Il devrait être dévoilé dans son intégralité d’ici la fin de l’année.

Mais Ivry Motiv’ entend valoriser l’autonomie des jeunes dans tous les domaines. À cet égard, la grande thématique de cette édition est l'émancipation des femmes. Sujet d'actualité et de société brûlant, il sera l'objet de plusieurs rendez-vous de cette semaine consacrée à la jeunesse, notamment lors d'un atelier sur l'estime de soi en présence d'Assa Traoré, porte-parole du collectif La vérité pour Adama et marraine 2018 d'Ivry Motiv'.

Sarah Gyé-Jacquot

Pour plus d'information sur les dispositifs d'aide à la réussite (COREUS, Coup de pouce), contacter la Direction jeunesse (3-5 rue Raspail) au 01 49 60 25 10.

Au programme de la journée du 13 octobre :
De 15h à 17h : exposition de  2 jeunes ivryen.nes, présentation de 3 parcours de jeunes et animation musicale par le conservatoire.
À partir de 18h : mot du maire et représentation de F(l)ammes d’Ahmed Madani à partir de 18h
20h : pot de l’amitié et rencontre avec le metteur en scène et les comédiennes.

Télécharger le programme complet en pdf

« Partir d’une envie »

Assa Traoré, porte-parole du collectif La vérité pour Adama et marraine de l'édition 2018 d'Ivry motiv’. Interview.

Ivry ma ville Hebdo : Vous êtes éducatrice spécialisée et, à travers votre combat, vous côtoyez la jeunesse française en permanence. Est-elle est motivée ?

Assa Traoré : Les jeunes sont motivés. Mais pour aller où ? Certains ne se sentent pas à leur place dans les administrations ou dans les endroits où on peut les aider. Il faut les accompagner dans leurs démarches, en entretiens, et ne jamais oublier que ce ne sont encore que des jeunes. Le plus important est de leur laisser le choix, qu'ils partent d'une envie, d'un plaisir. Leur imposer les choses mène à l'échec. 

IMVH : Que vous inspire le thème de cette année, l'émancipation féminine ?

Assa Traoré : Une femme doit pouvoir choisir sa vie, s'exprimer et être respectée. Cela me rend triste quand je rencontre des femmes dont le mode de vie a été imposé, des jeunes mères sans modes de garde qui ne peuvent pas travailler. Sans moyens et structures, il ne peut pas y avoir d'émancipation. Nous avons aussi besoin les uns des autres. J'utilise ma voix pour défendre les hommes des quartiers, qu'on ne laisse pas s'exprimer. Je crois que les hommes aussi devraient s'élever contre les écarts de salaire, par exemple.

IMVH : Où en est votre combat pour votre frère Adama* ?

Assa Traoré : Nous attendons les résultats de la quatrième expertise médicale depuis six mois, qui est cruciale pour la suite. Je reste positive, mais comment pourrait-elle être différente ? (Les trois premières expertises n'indiquaient pas clairement que la mort d'Adama Traoré avait eu lieu suite au placage ventral effectué par les gendarmes, NDLR).

*son jeune frère de 24 ans, mort en 2016 lors de son interpellation par des gendarmes.

Assa Traoré
Retour en haut de page