447-actu-1-Reunion-reponse-a-macron-1500-credit-Alex-Bonnemaison.jpg
Soutenu par 75% de la population, le mouvement des «gilets jaunes» était au cœur du débat organisé en mairie le 18 décembre 2018. © Mairie d’Ivry-sur-Seine - Alex Bonnemaison

« Aucun rond-point n'est occupé à Ivry, mais l'esprit des “gilets jaunes” est présent. À travers le pays, un mouvement populaire exprime ses difficultés, son mal-être face à la politique du gouvernement. Nous allons les faire remonter à l'échelle nationale! » Ce 18 décembre, à l'hôtel de ville, le maire Philippe Bouyssou a invité les Ivryens à réagir aux annonces du président de la République Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée le 10 décembre.

Plus de 80 personnes ont répondu présents, principalement des militants associatifs, syndicalistes et politiques. « C'est un mouvement historique, inédit », indique Isabelle, « soutenu par 75% de la population française » rappelle son voisin. « Les gens veulent une vie décente, clame Annie. Se nourrir, se soigner, avoir un toit! » Françoise note que la mobilisation des «gilets jaunes» permet à certains de sortir d'une grande solitude.

Pour Loïc, le système néolibéral est cause d'injustice et d'indignité : « Ce n'est pas le froid qui tue les SDF mais la pauvreté ! Aujourd'hui le peuple est en train de se ressaisir du politique. Les partis peuvent accompagner le mouvement mais doivent rester à distance, éviter toute récupération ! »

Pour sa part, Lionel défend le référendum d'initiatives citoyennes, le «RIC», tandis que d'autres désapprouvent cette consultation à réponse unique. La question des cahiers de doléances, mis à disposition en mairie et dans les Maisons de quartier, en vue d’être adressés à l’État, est analysée: « Ces registres ne peuvent être des inventaires à la Prévert, nous avons besoin de débat, pour transformer la désespérance individuelle en espérance collective.»

Au terme de deux heures d’échanges, le maire a convié les Ivryens à une nouvelle rencontre fin janvier et à participer une action devant la préfecture, en compagnie des maires du Val-de-Marne et de la population. Pour Sofiane, comme pour une bonne partie de l'assistance, « Le mouvement des “gilets jaunes” est profond : il ne reculera pas ! »

Catherine Mercadier

Des cahiers de doléances et d’exigences (le maire tient à associer les deux termes) sont à votre disposition en mairie et dans les Maisons de quartier, ainsi qu’en ligne.

Retour en haut de page