462-breve-3-el_Duende-1500-credit_Eva_Doreau.jpg
Depuis ses débuts, il y a vingt ans, El Duende privilégie la création et l’écriture collectives. © Eva Doreau

Sur scène, un tableau noir, une table de réunion, des chaises, des papiers… . Ils sont neufs comédiens et quatre musiciens. Non loin d’eux, un gros frigo, tantôt vide, tantôt plein, allégorie de l’état de leur moral et financier. Ils ont sept jours pour créer une histoire ensemble.

Ils imaginent un oiseau sur le toit d’un immeuble de quatre étages. Y habitent des colocs, une mère isolée, un ancien militaire, trois sœurs âgées, un rentier... De fenêtre en fenêtre, l’oiseau nous introduit chez les uns et les autres. Les tranches de vie se succèdent jusqu’à ce qu’une famille de réfugiés emménage. Repli sur soi, conflits, disparition des espèces, réchauffement climatique… Le monde va mal. « Et là-haut les oiseaux qui nous voient tout petits, si petits, tournent, tournent sur nous et crient au fou ! Au fou !… » fredonnait Piaf dans « Tout fout l’camp », chanson qui a inspiré le titre de la pièce.

Collectif avant tout

« Pour cette pièce, nous sommes partis du thème de la création : comment arriver à créer ensemble ? explique Andrea Castro, comédienne. Au cours de tables rondes, chacun a pu parler de tout ce qui le touchait. Après il restait à savoir comment avec ces mots construire une fable ensemble ! » El Duende a choisi de monter une pièce de théâtre musical au dispositif poétique simple et efficace. L’humour n’est jamais loin. « Cela faisait un moment que nous avions envie de parler de nous d’une certaine manière, confie le comédien Sebastian Castro-Vallejo, comédien. Aujourd’hui, au regard de la violence de notre monde, du désenchantement des gens, nous, en tant qu’artistes, nous ne pouvions pas ne pas mettre nos peurs sur le plateau. Cette pièce, nous l’avons vécue dans nos chairs. » C’est effectivement le collectif même de la compagnie qui se livre et transparaît. Une troupe dont il émane sur scène un plaisir évident de jouer… ensemble !

Sylvie Moisy

Jusqu’au 21 avril, les vendredis et samedis à 20 h 30, les dimanches à 17 h 30, « Et là-haut les oiseaux » de et par la compagnie El Duende, 23 rue Hoche. 01 46 71 52 29. theatre-elduende.com

Retour en haut de page