464-actu-3-Nuit-ecoles-1500-credit-frederic-iriarte-201904.jpg
Une première nuit des écoles s’est déroulée à Maurice Thorez, Rosalind Franklin et Albert Einstein en avril 2019 (notre photo). © Mairie d'Ivry-sur-Seine - Thomas Portier

Nouvelles actions du 7 au 11 mai 2019

La loi dite "école de la confiance" du Ministre Jean-Michel Blanquer va être présentée au Sénat du 14 au 16 mai prochain. La mobilisation des parents d'élèves et des enseignants continue. Plusieurs initiatives sont programmées la semaine du 7 mai pour s’opposer à cette loi:

- Réunion publique d'information parents -enseignants le 7 mai à 18h30 à la salle Quincey : allée Quincey.
- Nuit des écoles le 7 mai à 18h30 à l'école de l'Orme au Chat : 3 place de l’Orme au Chat.
- Occupation des bureaux de direction des écoles.
- La FCPE d'Ivry organise une initiative en direction des parents, enseignants et élèves :  classe ouverte sur la place Voltaire le jeudi 9 mai à 10h, jour de grève nationale de la fonction publique. Cette action suivra l'AG des enseignant.e.s grévistes qui a lieu à 9h salle Voltaire.
- Certaines écoles et collèges appellent à "une école déserte" le 10 mai. (voir le tract en pièce jointe).
- Chaîne humaine Ivry - Vitry le samedi 11 mai 11h30 :rassemblement à la mairie d'Ivry , puis  repas le midi à la cantine de "La Pagaille Recyclerie" : 15, rue Ernest Renan à Ivry. Repas solidaire en soutien à la caisse de grève des enseignants.

« L’école n’est pas une entreprise. L’éducation n’est pas une marchandise. Non à la loi Blanquer » proclame une banderole à l’entrée de l’école Albert Einstein. Ce 12 avril une nuit des écoles était organisée dans l’établissement ainsi qu’à Maurice Thorez et Rosalind Franklin à l’appel de syndicats d’enseignants et de la fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE). Le même jour s’était tenue une opération collège désert à Henri Wallon. Professeurs et parents  demandent le retrait de la loi "École de la confiance" du ministre Jean-Michel Blanquer, de la réforme du lycée et de ParcourSup. « Ces lois dégradent à la fois le statut des professeurs mais aussi la qualité des enseignements dispensés aux élèves et leur entrée dans le supérieur post-bac », estime Judith Lopes pour la FCPE Einstein.

Plusieurs mesures sont ainsi pointées du doigt. Ils craignent une restriction de la liberté d’expression des enseignants. Ils alertent sur le risque de la mise en place d’écoles à plusieurs vitesses en raison des expérimentations (accueil dans des structures type jardins d’enfants, sélection d’élèves par les établissements internationaux dès l’élémentaire...). Autres griefs : le recrutement d’enseignants étudiants en seconde année de licence qui pourrait fragiliser les enseignements, la mutualisation des AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap) ou encore la disparition du CNESCO (conseil national d’évaluation du système scolaire) institution chargée d’une évaluation indépendante, remplacée par le CEE (conseil d’évaluation de l’école) dont dix membres sur quatorze seront désignés par le ministre.

Des journées de grève avaient eu lieu la semaine précédente ainsi qu’un rassemblement devant l’inspection de circonscription. Les enseignants ont également organisé à destination des parents d’élèves des réunions d’information sur ce texte de loi.

Nouvelle journée de grève

Au conseil municipal du 11 avril, un vœu de soutien à ce mouvement social a été adopté.

« Ce vœu a été adopté à l’unanimité, c’est suffisamment rare pour être souligné,  a indiqué le maire Philippe Bouyssou présent à l’école Einstein avec d’autres élus municipaux dont Méhadée Bernard, adjointe en charge des affaires scolaires et des politiques éducatives. Il faut se rassembler pour faire reculer le gouvernement sur ces mesures qui mettent en péril l’école publique. Le vœu que nous avons adopté rappelle aussi des revendications locales : la sacralisation du poste d’enseignant de Radio-Cartable, le classement en réseau d’éducation prioritaire (REP) de l’école Rosalind Franklin... » [EN SAVOIR PLUS sur le CONSEIL]

Le sénateur Pascal Savoldelli a alerté l’assemblée d’enseignants et de parents présents : « Le gouvernement veut accélérer le passage de la loi devant le Parlement pour contrer les mobilisations qui s’opèrent. Je vous propose de constituer un groupe de travail entre les écoles d’Ivry, les élus municipaux et départementaux et de dresser une liste de tous les sujets qui vous préoccupent et de venir au Sénat pour faire peser de votre présence le vote de la loi qui devrait avoir lieu mi-mai.»

Pour l’heure, une journée de grève est prévue le jeudi 18 avec un rassemblement à 12h30 devant l’Inspection académique (devant l’école Henri Barbusse : 7 rue Georgette Rostaing) et une manifestation à 14h au départ de la place Jussieu à Paris.

Thomas Portier

Retour en haut de page