01-Avignon-1500-201907.jpg
Cette année, dans le public du Festival d’Avignon, des habitants et les Bergers en scène.

« J’ai beaucoup aimé le spectacle avec les chansons de Gérard Manset, j’avais des frissons ! » « On a aussi vu une pièce absurde que je n’ai pas trop comprise mais je me suis laissée porter.» À quelques centaines de kilomètres d’Ivry, dans le sud de la France ce 9 juillet, Aissatou, Faiza, Françoise, Marius, Nabila, Naïlia, Ratiba, Samia et Yvette échangent leurs impressions avec enthousiasme. Du 7 au 10 juillet, ce groupe d’habitants a découvert le Festival d’Avignon, l’une des plus importantes manifestations internationales de spectacle vivant. L’art dramatique, les neuf ivryens le connaissent. Au sein des Maisons de quartier d’Ivry-Port ou du centre-ville, ils se sont essayés au travail d’acteur, dans le cadre d’ateliers proposés par le Duende ou la compagnie Kokoya. Et ils ont aussi bien sûr assisté à des représentations à Ivry.

« Le théâtre, ça aide à être heureux et à se libérer, c’est du bonheur ! », confie Nabila, 32 ans. J’ai trois filles et c’est la première fois que je pars sans elles. Je viens enfin de couper le cordon !» « La vie n’est pas toujours facile, une scène, c’est un îlot enchanté, analyse Françoise, 66 ans. Sans la Maison de quartier, je n’aurais jamais pu aller à Avignon.»

Grande première, ce séjour a été possible grâce aux liens tissés entre les Maisons municipales de quartier et le théâtre Antoine Vitez. Via sa politique de médiation culturelle dans les quartiers, l’équipement ivryen a ainsi pu obtenir des subventions de la Caf et de la Drac.

« Le Festival d’Avignon est né après-guerre, porté par les mouvements d’éducation populaire, convaincus qu’il fallait éduquer à la culture, à la citoyenneté pour éviter une nouvelle catastrophe, explique Christophe Adriani, directeur du théâtre Antoine Vitez. En accompagnant ce groupe d’habitants, nous renouons avec cet esprit des premiers temps qui s’est perdu

Dans le public du Festival, d’autres Ivryens sont présents : les Bergers en scène. Cette association qui anime des ateliers de théâtre pour les jeunes est une habituée d’Avignon. Ce 9 juillet, dans l’après-midi, ils se sont tous retrouvés pour aller voir le spectacle « Désobéir » de Julie Berès.

« Partager des émotions en allant voir des spectacles a créé un groupe, conclut Marius, l’un des habitants. Des projets entre nous vont naître : continuer à aller voir des pièces ensemble ou même créer des spectacles communs.» Le théâtre, ce n’est que du bonheur !

Catherine Mercadier

En images

Retour en haut de page