487-breve-2-bis-Huang_Yong_Ping-1500.jpg
© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric Iriarte

On le connaissait pour ses sculptures d’animaux de taille parfois gigantesque, qui jouent de leurs symboles pour dialoguer avec leur contexte. Arche de Noé revisitée à la Chapelle des Petits Augustins de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris (Arche 2009, 2009), pieuvre géante au Musée océanographique de Monaco (Wu Zei, 2010) ou encore squelette de serpent géant échoué sur la plage dans l’Estuaire de la Loire (Serpent d’Océan, Saint-Brévin-les-Pins, installation permanente, 2012).

Né en 1954 à Xiamen(Fujian, Chine), Huang Yong Ping est décédé brutalement le 19 octobre. Son œuvre célébrée dans les plus grands musées du monde, accompagnée par les plus grands professionnels de la culture, est admirée pour sa capacité à inventer des situations nouvelles, qui portaient ses réflexions sur l’humain, l’art, l’histoire, la politique, les relations entre l’Orient et l’Occident, entre l’art et la vie. Après la révolution culturelle, de 1978 à 1982, il étudie à l’Académie des Beaux-Arts du Zhejiang, dans la ville de Hangzhou. De 1985 à 1987, il est le fondateur du mouvement Xiamen Dada, dont le mot d’ordre est « Le zen est Dada, Dada est le zen ». Dans un contexte de révolte culturelle et politique, les artistes du groupe Xiamen Dada répondent à la censure par la mise à feu de leurs œuvres. 

En 1989, Huang Yong Ping est invité à participer à l’exposition Les Magiciens de la Terre au Centre Pompidou et à la Grande Halle de la Villette à Paris. Alors qu’il est en train d’installer son œuvre, éclatent à Pékin les événements de la Place Tiananmen. Rapidement rejoint par son épouse et artiste de renom Shen Yuan, ils décident de s'installer à Paris puis à Ivry, d'où il se répand progressivement dans le monde entier.

En 1999, il devient citoyen français et est nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. La même année, Huang Yong Ping représente la France à la 48e Biennale de Venise.

En 2000, il a reçu le Prix UNESCO pour la Promotion des Arts récompensant des réalisations créatives remarquables .

En 2015, il est nommé Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

En 2016, il fut le lauréat du Prix Wolfgang Hahn (Musée Ludwig, Cologne, Allemagne) consacrant la carrière d’artistes exceptionnels.

La même année, en mai, il fut l’artiste invité par le Ministère de la Culture pour la 7ème édition de la prestigieuse Monumenta dans la Nef du Grand Palais à Paris, Son œuvre Empires représentait un paysage portuaire composé de 305 conteneurs maritimes sur lesquels une copie démesurée du Bicorne de Napoléon était encerclée par un immense squelette de serpent de 254 mètres de longueur. C’est là qu’il avait accordé une interview à Ivry ma ville

Il sera inhumé au cimetière du Père Lachaise (Paris 20e) lundi 28 octobre. Il laisse derrière lui une épouse et une fille.

Thomas Portier

Lire son portrait dans Ivry ma ville de juin 2016

Voir le diaporama de l’exposition Empires (Monumenta 2016)

Retour en haut de page