488-actu2-costa-gavras_1500copyright_kg_productions.jpeg
© KG Productions

2015, l’Union européenne décide d’imposer à la Grèce un nouveau plan d’austérité. C’est dans les coulisses des négociations que Costa-Gavras nous plonge dans son dernier film Adults in the room. Un film qu’il a écrit et réalisé, et pour lequel il s’est inspiré du livre Adults in the room : my battle with Europe’s deep establishment  de Yanis Varoufakis, ex-ministre grec des Finances en 2015 dans le gouvernement d'Alexis Tsípras dont il démissionnera.

« L’idée de ce film s’est imposée comme une évidence et une nécessité, explique Costa Gavras dans le dossier de presse. Dès le déclenchement de la crise, j’avais senti que le pays entrait dans un long drame, comme il en a tant connu depuis son existence comme Etat-Nation en 1821. L’idée d’un film est donc née dès que j’ai pris conscience du piège d’appauvrissement et d’impuissance dans lequel était prise la majorité du peuple grec. »

C’est donc vers son pays d’origine que Costa-Gavras a choisi de tourner sa caméra. Né en 1933 aux confins du Péloponnèse, il arrive à Paris à 22 ans pour étudier. Fraîchement diplômé de l’Institut des hautes études cinématographique (Idhec), il fait ses armes en tant qu’assistant réalisateur aux côtés des plus grands : René Clair, René Clément, Henri Verneuil, Jacques Demy, Marcel Öphuls, Jean Giono, Jean Becker…

Il signe en 1962 son premier long-métrage : Compartiment tueur. Suivront Un homme de trop (1967) mais surtout Z (1969), un film sur la dictature des colonels grecs qui lui vaudra l’Oscar du meilleur film étranger et du meilleur montage.

Depuis, Costa-Gavras n’a eu de cesse de s’emparer de drames politiques. La dictature uruguayenne dans État de siège (1972), les disparitions qui ont suivi le coup d'État de Pinochet au Chili dans Missing (Palme d'or 1982), le nazisme dans Music box (1989) et Amen (2002), l'émigration la Méditerranée orientale vers l'Europe dans Eden à l'ouest (2009)...

« On n’oublie jamais le pays où l’on est né, affirme Costa-Gavras. Et qui plus est quand ce pays est la Grèce. Je l’ai fui parce qu’il n’offrait alors aux jeunes de ma classe sociale qu’une vie de soumission dans une théo-démocratie. Immigré, la France m’a permis d’aller au-delà de mes rêves. Mon sentiment de grécité a resurgi à la prise du pouvoir par les colonels. Ma résistance personnelle a été de tourner Z. Depuis dix ans, la crise grecque, en replongeant le pays dans la même situation qui m’avait fait fuir, m’a amené tout naturellement à exprimer à nouveau ma révolte. C’est Adults in the room… »

Au-delà de cette « tragédie grecque des temps modernes », le cinéaste signe une œuvre qui tient autant du thriller que de la comédie humaine. Avec toujours la même force d’engagement, de réalisme et de d’humanisme qui caractérise son cinéma.

Sylvie Moisy

Le 1er novembre à 17h15, au Luxy (77 avenue Georges Gosnat) : Projection-rencontre d’Adults in the room de Costa-Gavras. Séance en avant-première suivie d’une rencontre avec le réalisateur.

Également à l’affiche du Luxy du 6 au 26 novembre.

En savoir plus

Voir le teaser

Retour en haut de page