492-actu-1-conseil_municipal-Cite-Marat-1500-credit-Frederic_Iriarte.jpg
© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric Iriarte

LOGEMENT

Droit à la ville pour tous

Lors du conseil municipal du 21 novembre, la majorité a dressé le bilan de la politique d’attribution des logements sociaux pour 2017 et 2018.

En France, 15 millions de personnes sont touchées par la crise du logement. En présentant le bilan de la politique d’attribution pour 2017 et 2018, le maire-adjoint en charge de l’Habitat, Mehdi Mokrani, a rappelé que la ville comptait 38 % de logements sociaux sur son territoire (soit 11 765 logements). Bien au-dessus du seuil minimum de 25 % qu’exige la loi. Pourtant, avec 818 logements attribués sur la période, c’est seulement 4,8 % des demandes d’habitants qui ont été satisfaites. En cause : la baisse du taux de rotation (ménages quittant le social pour le privé) et la mobilisation d’appartements pour le relogement des ménages de Gagarine (en cours de déconstruction) et les personnes issues de logements insalubres.

La Ville a du mal à faire face à l’explosion du nombre de demandeurs (+ 37 % en quatre ans) malgré la livraison de 1250 logements sociaux depuis 2014. D’autant qu’elle n’a la main que sur un tiers environ du parc social de la commune, les deux autres tiers se répartissant entre la préfecture (pour les personnes relevant du Droit opposable au logement) et Action logement (pour les salariés d’entreprises privées). Mais c’est vers elle que les demandeurs se tournent systématiquement, comme l’a rappelé Mehdi Mokrani. Pour l’élu, « la mise en place du système de cotation a permis une meilleure transparence et lisibilité des politiques municipales d’attribution ». « Un système qui sera réévalué afin d’apporter encore des améliorations. »

Encadrement des loyers

« Malgré la création de logements sociaux (+ 13 %), la situation ne fait que s’aggraver, a estimé Sandrine Bernard, pour le groupe socialiste. Il est urgent de s’interroger sur la stratégie de construction et de densification adoptée par la Ville ». Sébastien Bouillaud, pour Ivry Autrement, a critiqué, arguant de la mixité sociale, « le choix de privilégier les logements pour les plus faibles ressources ». Comme les socialistes, son groupe a estimé qu’il subsistait « une part d’opacité dans les attributions ». S’il a relevé les « efforts importants effectués » pour le logement social, Mourad Tagzout, pour La France Insoumise, a souligné également « l’insuffisance des progrès dans la transparence ». « Il y a toujours une suspicion des habitants sur l’attribution. Il faut leur apporter plus d’informations quant à la cotation », a poursuivi Saïd Hefad pour la CCI (Convergence citoyenne ivryenne).

Ouarda Kirouane, pour la majorité Front de Gauche, Communistes, Ensemble et Citoyens a rappelé que la Ville ne pouvait s’en sortir seule face à la crise du logement : « Il faut des mesures fortes comme l’encadrement des loyers dans le parc privé. On s’est porté candidat pour l’expérimentation sur notre commune, conjointement avec l’État », a-t-elle expliqué. « On ne peut pas tout reporter sur Ivry qui fait beaucoup d’efforts, a poursuivi Artur Riedacker pour le groupe Radical Citoyen. « Toutes les villes ne respectent pas leurs obligations en direction du logement social », a-t-il regretté.

Philippe Gril

Prochain conseil jeudi 19 décembre à 19h45.

BUDGET 2020

Dans la continuité

Mehdy Belabbas, adjoint au maire en charge des Finances, a présenté lors de ce conseil le rapport d’orientations budgétaires pour 2020.

Malgré les contraintes (baisse continue des dotations de l’État, hausse des dépenses d fonctionnement limitée à 1,2 %, suppression de la taxe d’habitation…), c’est un budget à l’équilibre et dans la continuité de celui de 2019 qui a été présenté à l’assemblée communale. « Trois orientations guident nos politiques locales, a rappelé l’adjoint aux Finances, Mehdy Belabbas : accélérer la transition environnementale, maintenir un service public de proximité et garantir un droit à la Ville pour tous. » Pour cela, la municipalité a dégagé une enveloppe de 35 millions d’€ pour les investissements. Les dépenses de personnel ont été contenues (à 82,6 millions d’€, soit moins de 1 % de hausse). Le soutien aux associations sera quasi-identique à l’an dernier, avec des subventions à hauteur de quatre millions. 400 000 € seront à nouveau alloués au budget participatif. Enfin, il n’y aura pas de hausse de la fiscalité en 2020.

« Au regard du contexte, notre majorité a tenu bon sur les priorités politiques pour lesquelles les Ivryens nous ont donné mandat en 2014 », a souligné Séverine Peter, pour le groupe Front de Gauche, Communistes, Ensemble et Citoyens. « Alors que l’État et les collectivités réduisent sans cesse leur soutien aux associations, Ivry, elle, sanctuarise leur budget », a félicité Atef Rhouma, pour le groupe CCI. « C’est un budget qui nous laisse sur notre faim », a regretté de son côté Pierre Chiesa, pour Les Verts, pointant notamment « les incertitudes sur le développement du plan propreté ». « Le budget d’Ivry est parmi les plus gros du Val-de-Marne, et pourtant les routes et les équipements publics se dégradent », a dénoncé pour sa part le groupe Ivry Autrement.

Philippe Gril

Transparence
Le groupe socialiste a profité du débat d’orientations budgétaires pour interpeller le maire sur le soutien logistique gracieux apporté par la municipalité au marché de noël de la commune de Berchères-sur-Vesgre (Eure-et-Loir). Soutien qui n’a jamais fait l’objet d’une délibération en conseil municipal. Le maire, Philippe Bouyssou a reconnu que ce prêt de matériel aurait dû faire l’objet d’une convention et a assuré que tous les éléments le concernant seraient portés à la connaissance de l’assemblée communale.

En bref

Chômage
Le conseil municipal a adopté un vœu contre la réforme de l’assurance chômage, porté par le groupe Front de Gauche, Communistes, Ensemble et Citoyens (FGC-EC). 6 000 Ivryens sont actuellement demandeurs d’emplois. La moitié d’entre eux verra ses allocations baisser suite à cette réforme, et un sur cinq perdra ses droits.

Plastique
Dans son projet de loi "anti-gaspillage pour une économie circulaire", le gouvernement prévoit la mise en place de "consignes pour recyclage" des bouteilles en plastique. L'assemblée communale a adopté à l'unanimité un voeu réclamant une véritable politique de "consignes pour ré-usage" du plastique, et pas simplement de recyclage.

Maison de santé
Garantie bancaire et subvention de 50 000 €… La Ville soutient la création d’une maison de santé dans le quartier Monmousseau. Elle doit accueillir prochainement plusieurs médecins généralistes, un pédicure-podologue, des kinésithérapeutes, des infirmiers et infirmières. Trois cabinets pour des spécialistes (neurologues, endocrinologues…) sont également prévus.

Kurdistan
Une subvention de 1 500 € a été votée au profit des Kurdes, via l’association France-Kurdistan. L’offensive de l’armée turque contre le Kurdistan syrien, depuis le 9 octobre, a causé la mort de milliers de combattants et civils kurdes et entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes.

Retour en haut de page