actu-ecran-enfant-1500-.jpg
Si les adultes ont la capacité de prendre du recul face à certaines images, ce n’est pas le cas des enfants et des adolescents.

Il est d’autant plus essentiel pour des parents de parler sexualité à leur enfant quand aujourd’hui les images envahissent leur smartphone… Le sujet reste tabou pour beaucoup de familles alors même que l’accès aux images pornographiques est de plus en plus banalisé. Gratuites et consultables en un clic, l’enfant  ou l’adolescent, va forcément un jour ou l’autre tomber dessus… Une rencontre sur Internet ou les réseaux sociaux qu’il n’aura pas nécessairement cherchée ou souhaitée.

« La sexualité et l’impact des images sur nos enfants. Comment en parler ? Comment les préserver ? », tel est le thème d’actualité qui sera abordé lors du prochain Café des parents organisé par la Maison de quartier le 13 décembre.

Aux côtés de Chrystèle Hebel, référente famille, de Marie-Laure Perez, psychologue, et de Céline Geisler, bibliothécaire, Hervé Baudoin, intervenant spécialisé de l’association Santé info solidarité-animation, invite à venir en débattre ouvertement. Car il n’est certes pas facile de parler intimité.

Aborder le sujet

« Avec l’usage du téléphone portable, les plus jeunes ont aisément accès aux images pornographiques à un âge qui n’est pas approprié, constate Hervé Baudoin. Hier, il était moins aisé de se retrouver en contact avec ces images qui peuvent créer des violences. » Quelles conséquences peuvent-elles avoir sur nos enfants ? Sur leur comportement affectif et sexuel ?

« Elles peuvent être prises pour argent comptant et c’est cela qui interroge, poursuit-il. Il est donc indispensable d’avoir des espaces d’échanges, particulièrement avec les adolescents. Aujourd’hui, 53 % des 15-17 ans déclarent avoir déjà eu accès à des images pornographiques. Il faut les prévenir qu’elles ne sont pas la réalité de la sexualité. Et qu’elles ne sont pas forcément à reproduire. » Derrière cette discussion, c’est le respect du corps et des autres qui est en jeu. La relation à l’autre peut se construire autrement que dans la violence et l’exclusion sexiste.

« Vous pouvez bien sûr paramétrer le téléphone de votre enfant, mais cela ne le mettra pas à l’abri que l’un de ses camarades lui envoie une image par SMS. » Alors, puisqu’il ne sert à rien d’interdire, vaut-il mieux attendre ou anticiper en en parlant ?

Sylvie Moisy

Le 13 décembre de 18h à 19h30, « La sexualité et l’impact des images sur nos enfants. Comment en parler ? Comment les préserver ? » Entrée libre.

Retour en haut de page