actu-film-luxy-1500-Merveilles-a-Mont.jpg

24 heures après sa sortie nationale sur les écrans, Merveilles à Montfermeil, le premier long métrage écrit et réalisé par la comédienne Jeanne Balibar, sera à l’affiche du Luxy le 9 janvier. Préparez-vous à une soirée particulière en présence de l’intéressée. Si le cinéma municipal aime par-dessus tout favoriser les rencontres des artistes avec le public, ce nouveau rendez-vous illustre l’attachement pour cette actrice, plusieurs de ses films ayant déjà été projetés à Ivry.

Le pitch : Joëlle et Kamel sont tous les deux élus dans la nouvelle équipe municipale de la mairie de Montfermeil, en banlieue parisienne. Emmanuelle Joly est à sa tête, mais également en instance de divorce avec Kamel Mrabti, son premier adjoint. L'équipe fraichement investie met en œuvre une politique utopique et des plus réjouissantes : sieste pour tous, culture en potager sur les toits, assistance sexuelle à domicile, journées kilt ou kimono… La pierre angulaire étant la création d’une école internationale de langue où tous les idiomes seront mis sur le même plan. Mais il lui faut faire revenir dans la commune des habitants qui avaient été contraints de la quitter. C’est sans compter les bâtons dans les roues que mettent les ennemis de ce projet. Tandis que la ville avance et se transforme, Joëlle et Kamel se chamaillent... Mais à l'occasion de la Fête de la Brioche, leur amour peut-il renaître ? « Je voulais mettre au centre de l’histoire une équipe municipale qui débarque aux affaires avec les meilleures intentions, mais aussi le désarroi total dans lequel se trouve la maire nouvellement élue », explique Jeanne Balibar dans le dossier de presse du film.

Merveilles à Montfermeil reprend les codes de la comédie romantique et humaniste, avec des accents de satire contre les messages de haine. Une fantaisie sérieuse et jamais cynique, une fable poétique et bienveillante gorgée de sens et d’engagement politique. « Je crois autant en la force de la satire que dans celle des films pour nous aider à changer le monde. Mais ma réflexion porte encore plus sur la manière que nous avons tous de jouer, ou de vivre, ou d’être libres ensembles, encore plus que de savoir ce que pourraient bien faire la gauche ou la droite pour nous sortir de là… ».

Fantaisie et réalité sociale

L’originalité du ton, un scénario ciselé et la précision de l’écriture font merveille, c’est le cas de la dire. Le casting mêle vedettes (Jeanne Balibar, Emmanuelle Béart, Mathieu Amalric, Ramzy Bedia, Bulle Ogier…) et près de 60 habitants recrutés sur place. L’actrice-réalisatrice césarisée en 2018 pour Barbara (de… Mathieu Amalric) les connait bien, tout comme leur environnement. Le scénario ne lui a-t-il pas été inspiré par ce qu’elle a pu observer lors de la création d’ateliers de danse et de musicothérapie en 2012 à Clichy-sous-Bois, commune limitrophe de Montfermeil ?

Le registre de la fantaisie est là pour appuyer l’ancrage du film dans la réalité sociale. « Je tenais beaucoup à cette double dimension. Il y a un mélange d’univers théâtral et d’effets de réel très puissants, qui introduisent frontalement la réalité du monde, un peu comme dans certaines comédies de Shakespeare, où l’on trouve souvent dans des localisations à la fois imaginaires, fantaisistes, mais où pénètre pourtant le fracas du monde ». Jeanne Balibar n’en a pas fini avec la banlieue, et Montfermeil en particulier. Elle est également sur les écrans dans le rôle d’une commissaire de police dans le film Les Misérables, de Ladj Ly, sur les conflits entre la Brigade anti-criminalité et des jeunes de la commune. Merveilles à Montfermeil est une autre façon de dresser le portrait de cette banlieue malmenée et remplie d’humanité.

Frédéric Lombard

Jeanne Balibar au Luxy
Jeudi 9 janvier 2020 à 20h, projection-rencontre de Merveilles à Montfermeil avec sa réalisatrice Jeanne Balibar.
Réservations recommandées à partir du 2 janvier, sur place uniquement (77, avenue Georges Gosnat). 01 72 04 64 60

Retour en haut de page