csm_ski-enfant-1500-2018_07185368be.jpg

« Compte tenu du contexte évolutif de la crise sanitaire, de l’absence de consignes nationales prises suffisamment en amont, la municipalité a décidé avec beaucoup de regrets d’annuler l’ensemble des séjours d’hiver, annonce Fabienne Oudart, adjointe au maire en charge des loisirs et vacances de l'enfance. Cette décision, prise en responsabilité, est d’autant plus douloureuse que nous mesurons les nombreuses restrictions qu’implique déjà cette situation sur le quotidien des enfants Ivryens. »

Même si les probabilités d’une telle décision étaient connues, la Ville avait tout de même tenu à mettre tout en place afin d’organiser les séjours d’hiver et offrir ainsi un moment d’évasion à près de 600 enfants et jeunes Ivryens. Le contexte anxiogène et l’absence d’autorisation gouvernementale sont venus stopper cet élan, à quelques semaines des départs. La déception est grande pour tout le monde.

« À ce jour, le gouvernement n’a toujours pas levé l’interdiction d’ouvrir les accueils collectifs de mineurs avec hébergement, et l’autorisation d’organiser des séjours n’est pas donnée, poursuit l’élue.  Ce retard dans la prise de décisions impacte leur organisation et affecte les professionnels de la montagne avec qui nous travaillons, mais aussi tout le personnel qui accompagne les enfants durant leur séjour. À notre tour, nous ne souhaitons pas faire peser sur les parents le risque d’une annulation de dernière minute susceptible de bouleverser leurs projets. »

Afin de proposer des alternatives durant cette période, la municipalité a prolongé les inscriptions en centre de loisirs, via Mon espace Démarche, jusqu’au 31 janvier.

Au-delà des vacances d’hiver, ce sont l’ensemble des séjours organisés par la Ville qui ont dû être supprimés. C’est le cas des classes de découverte pour les élèves scolarisés en CM1 et en classes spécialisées. La municipalité assure mettre tout en œuvre, en partenariat avec l’Éducation Nationale, pour que les élèves qui devaient partir cette année puissent le faire l’an prochain.

Ahmed Talbi

Retour en haut de page