Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche mardi 24 janvier 2017
Logo label Ville Internet

Dianguirdé (Mali)

carte_dianguirde2

femmes maliennes dansantCérémonie de danses dans un village de Dianguirdé© Service Multimédia - D. Van Den BosscheDianguirdé (Mali)

 Dianguirdé est une commune rurale située au nord-ouest du Mali, dans la région de Kayes (cercle de Diéma). Elle regroupe 14 villages très éloignés les uns des autres et compte environ 12 000 habitants. Les activités économiques sont essentiellement tournées vers l'agriculture, l'élevage et l'exploitation forestière.

La commune dispose d'importants atouts : terres de cultures pour le développement de la riziculture, l'arboriculture, le maraîchage, zones de pâturages et forestières, forte cohésion sociale, dynamique associative territoriale… Dianguirdé est cependant confronté à de grands problèmes de développement, dus à son enclavement, à un accès à l'eau insuffisant, à une faible capacité financière, à un manque de moyens humains et matériels au niveau sanitaire, et éducatif.

Voir les vidéos du séjour des jeunes Ivryens à Dianguirdé (juillet 2009).

Vidéo

Vidéo

Arbre à palabre au centre de la place du village

Historique de la coopération

Les premiers liens ont été tissés dans les années 1990, entre le comité de jumelage et des ressortissants de Dianguirdé vivant à Ivry. Cette coopération a été officialisée en 2005 par la signature d’un protocole d’accord. En 2007, un premier programme de coopération triennal a été élaboré par les cinq parties prenantes : les deux collectivités, le comité de jumelage, l’association des ressortissants de Dianguirdé en Île-de-France et l’AMSCID (Association malienne de solidarité et de coopération internationale pour le développement).

Actions de coopération en cours

• Accès à l’eau potable

• Formation d’élèves infirmiers et échanges de connaissances

• Appui aux associations de femmes sur des projets de maraîchage

 

Accès à l’eau potable : au Mali, la moitié de la population n’a pas accès à l’eau potable. À Dianguirdé, le nombre de forages ne suffit pas à couvrir les besoins des villageois. Alors qu’il serait nécessaire de disposer d’au moins une pompe pour 400 habitants, la commune ne comptait qu’un forage pour 600 personnes en 2007. Trois programmes ont été élaborés et financés avec la contribution de la ville d’Ivry et des associations de solidarité

Le 1er programme de coopération 2007-2009 a permis la réalisation de 10 forages et la restauration de six autres.

Le 2e programme 2010-2012 a permis de réaliser un diagnostic de l’état de tous les forages et de former des artisans pour les entretenir. Par ailleurs, un cadre de concertation a été mis en place afin de faciliter le dialogue entre autorités communales et usagers de l’eau.

Le 3e programme 2013-2015 porte sur le raccordement à l’eau potable du village de Torodo, où les forages se sont révélés infructueux. À 8 km, le village de Foulabougou dispose d’une ressource en eau excédentaire : le projet prévoit la réalisation d’un château d’eau et d’un réseau d’approvisionnement jusqu’à Torodo. Sur place, l’eau sera distribuée par des fontaines situées dans chaque quartier ainsi qu’à l’école et au centre de santé. L’accès à l’eau potable est assorti d’un projet d’assainissement afin de limiter la pollution des sols.

Haut de page