416-actu-2-1400-espace-pioline-credit-boudry-architectes.jpg
© Boudry Architectes

«Il s'agit de l'un des premiers projets de construction de logements se déroulant dans le périmètre immédiat de la Zac Gagarine-Truillot», souligne Romain Marchand, premier adjoint en charge du développement urbain. Ce projet très abouti a été présenté lors d'une réunion publique le 21 mars par l'OPH, l'EPA ORSA, l'aménageur, et l'atelier d'architecture, lauréat du concours.

Il propose de construire sur la parcelle Pioline, 45 logements locatifs sociaux, 19 logements en VEFA*/PSLA** pour une accession sociale, 46 places de stationnement en souterrain et 700 m² de surfaces d'activités commerciales dont une partie prévue pour la relocalisation de l'activité du Coccimarket. « Ivry-sur-Seine est une ville qui développe des typologies architecturales riches avec une sensibilité particulière. Nous nous sommes nourris de cette histoire, confie Pierre Boudry, le lauréat du concours. Notre projet est une parcelle de paysage, avec des jardins augmentés venant agrémenter en quelque sorte les volumes. »

Ce projet, exposé par Marjolijn Boudry, offrira en pied d'immeuble, au niveau de la cour centrale, un espace d'agriculture urbaine et des jardins pour les habitants. Des toitures végétalisées, pour certaines inaccessibles serviront la biodiversité, d'autres seront au service d'une exploitation maraîchère. « Avec ce projet, nous avons voulu créer des espaces apaisés et des logements de qualité », affirme Pierre Boudry.

Claude Bardavid

* Vente en l'état futur d'achèvement (vente sur plan)

** Prêt social de location-accession

« L'îlot Pioline, un projet unique et non transposable »

Pierre Boudry, de l'atelier MB&PB, lauréat du concours


« Comment construire à Ivry-sur-Seine ? Quelle est la singularité d'Ivry-sur Seine ? Où sommes-nous ici dans cet îlot Pioline ? » Telles sont les premières questions que nous nous sommes posées pour nourrir notre réflexion. Nous sommes ici, à Ivry, dans un contexte riche, avec un patrimoine architectural généreux. C'est une ville qui développe des typologies architecturales riches, avec une sensibilité particulière dont nous nous sommes nourris. C'est une parcelle de paysage que nous posons au sein de ce nouveau quartier. Les jardins augmentés qui viennent agrémenter nos volumes, en quelque sorte, peuvent être un rappel de ce qui existe du côté de la mairie…

Pour qu'un projet soit pertinent et puisse dialoguer avec son environnement futur et présent, il doit s'imprégner du site existant. En fait, notre réflexion initiale ne se nourrit que de ça. Si nous avons une particularité ou une signature dans notre travail, c'est de s'adapter au contexte existant. C'est ce qui fait que notre projet est unique et non transposable. À Ivry, nous nous inscrivons dans une continuité historique, architecturale. C'est une ville pour laquelle nous avons déjà travaillé. Nous la connaissons et elle nous intéresse. Au gré des projets, c'est cette réflexion qui se prolonge en fait. »

Propos recueillis par Claude Bardavid

Retour en haut de page