CM_juillet_2020.jpg
En raison des conditions sanitaires, le conseil municipal du 9 juillet s'est réuni à l'espace Robespierre. © David Merle

BUDGET 2019 : DE BONS RÉSULTATS

Compte de gestion du comptable public 2019, comptes administratifs 2019, budget primitif 2020… le maire Philippe Bouyssou rapportait sur l’état des finances publiques. 

« Je tiens à dire que cette année 2019 aura été une année budgétaire moins pire que d’autres puisque nous avons réalisé plus de recettes que ce que nous avions prévu dans le budget initial, a souligné le maire. L’évolution des recettes est de 2,91% par rapport à 2018. Et par rapport à ce que nous avions prévu, nous avons réalisé 102,36 % des recettes. C’est une bonne nouvelle qui tient compte de la prudence dont ont fait preuve la municipalité et les services sur les perspectives de recettes. À côté de cela, nous n’avons réalisé que 97,5% des dépenses de fonctionnement (dépenses de personnel et budget des services). Mis bout à bout, nous avons donc un résultat net, c’est-à-dire une somme qui n’a pas été dépensée dans cet équilibre général, de plus de recettes et moins de dépenses, qui s’élève aujourd’hui à 4,9 M€ », contre 1,9M€ en 2018 et 2,9M€ en 2017.

Cette somme de 4,9 M€ va être réinjectée dans le budget en cours pour 2020. Il est proposé d’affecter ces résultats de la manière suivante :
- 1,8 M€ pour financer les investissements afin de limiter l’emprunt.
- 1,2 M€ sur le budget en cours pour faire face à des imprévus telle que la crise sanitaire :
«Nous avons dépensé 180 000 € d’achat de gel hydroalcoolique et de produits désinfectants pour fournir les équipements publics, a précisé le maire. Et 655 000 € de masque, notamment ceux en tissu qui ont été distribués à la population (445 000 €). »
- 500 000 € sur un plan d’urgence Covid qui vise à soutenir les associations de la ville confrontées à des difficultés particulières du fait de la pandémie et du confinement. « Nous avons ciblé les associations à caractère culturel et social qui risquaient de supprimer des emplois », a indiqué Philippe Bouyssou.
- 1 M€ conservé sur le budget pour la mise en œuvre des premières orientations du nouveau mandat.

À l’exception du groupe Ivry autrement qui a voté contre, cette délibération a été adoptée à la majorité des voix. 

Sylvie Moisy

 

 

CRISE SANITAIRE : DES SUBVENTIONS EXCEPTIONNELLES 

Afin de soutenir les associations et structures ivryennes culturelles et de solidarité particulièrement impactées par la crise sanitaire, la Ville a décidé de leur accorder une aide exceptionnelle. 

Sur plan d’urgence Covid de 500 000 € qui vise à soutenir les associations de la ville confrontées à des difficultés particulières du fait de la pandémie et du confinement, il était proposé de voter ce 9 juillet une première tranche de subventions d’un montant de 123 560 €, versée en juillet et répartie entre huit structures ivryennes. Ce choix a été établi sur la base d’un travail de consultation préalable conduit entre les deux tours des élections municipales par les services communaux auprès de l’ensemble des associations présentes sur le territoire.

Pendant la période de confinement, la crise sanitaire a mis financièrement en péril des associations et structures œuvrant dans le champ culturel. Ceux ne percevant pas ou peu de subventions publiques et n’ayant pas bénéficié d’accompagnement immédiat. Afin de préserver leur existence et de pérenniser leurs emplois sur le territoire, le conseil municipal a décidé de leur attribuer une subvention exceptionnelle. 

Ainsi, les théâtres Aleph et El Duende vont percevoir une aide respectivement de 22 560 € et 42 000 € afin de leur permettre de faire face à leurs frais de fonctionnement (charges fixes telles que les loyers, crédits en cours, factures, personnel…) pendant la période de confinement, alors qu’ils ont dû fermer leurs portes. Le montant de ces subventions correspond pour chacun à 60% de leur perte enregistrée entre mi-mars et mi-mai 2020.

Il est également proposé d’attribuer une aide à des associations de solidarité mobilisées durant la crise sanitaire afin de contribuer au maintien de leurs projets :
- 10 000 € à Emmaüs-Liberté « afin de contribuer à l’appel à soutien national lancé pendant le confinement, a mentionné le maire Philippe Bouyssou. Cette association a des activités importantes et nombreuses sur notre territoire ».
- 15 000 € pour Les Bergers en scène afin de pouvoir maintenir leurs sorties cet été.
- 3 000 € pour les Bokhalés en raison de l’investissement assuré lors de la crise sanitaire par la distribution de repas et de colis.
- 20 000 € pour la libraire associative et indépendante Envie de lire afin d’accompagner la perte sèche de ses actions hors les murs. 
- 6 000 € pour l’AARASD (Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique) «afin de compenser le fait que nous n’ayons pas pu, cet été, accueillir à Ivry des enfants du camp de réfugiés de Tindouf comme nous le faisons depuis plusieurs années », a justifié le maire. 
- 5 000 € à l’association Les films qui causent pour permettre de finaliser leur film réalisé par Adnane Tragha sur la cité Gagarine.
À noter, la répartition de la deuxième tranche (soit 376 440 €) de cette aide d’urgence sera allouée dans les mois prochains.

Convenant que les subventions accordées à ces associations « ont été prises dans l’urgence au vu du contexte », Atef Rhouma (Convergence citoyenne ivryenne - CCI) a exprimé son souhait de pouvoir « à l’avenir, travailler collectivement à l’affectation de cette enveloppe et avoir une discussion collégiale avec les membres de la majorité municipale et de l’opposition »

« Nous serons intransigeants sur la transparence dans l’attribution de ces subventions aux associations, a annoncé Sheerazed Boulkroun (Ivry C’est vous). Nous voulons savoir comment les attributions de subventions sont préparées. En l’état, à défaut d’information, nous ne pouvons pas voter cette délibération. » 

« Cette délibération ne montre pas comment cette somme a été déterminée, a également relevé Sébastien Bouillaud (Ivry autrement). Il est important de voir la méthode et le niveau que l’impact du Covid a eu pour ces associations. Certaines de ces subventions peuvent se comprendre, d’autres moins. » 

« Je trouve dommage que nous n’ayons pu travailler collectivement sur le choix des associations car beaucoup ont œuvré pendant le confinement, a aussi noté Sabrina Sebaihi (Europe Ecologie-Les Verts). Je pense que nous allons pouvoir travailler ensemble pour l’affectation du reste de cette enveloppe de 500 000 €. » 

En réponse à ces observations, Philippe Bouyssou a exprimé son souhait que soit créée dès octobre une mission d’information et d’évaluation : « Depuis des années, à chaque conseil municipal où sont votées les subventions aux associations, il nous est reproché de ne pas faire la transparence sur les locaux, les prêts de salles et de matériels, etc. Cette mission d’information et d’évaluation ne serait composée que de conseillers municipaux avec une représentation de l’opposition pour travailler, auditionner afin de faire un bilan et des préconisations qui alimenteront nos prises de décisions ultérieures. »

L’attribution de la première tranche d’aide exceptionnelle aux associations suite à la crise sanitaire d’un montant 123 560 € a été adoptée à la majorité, moins les voix d’Ivry autrement qui s’est abstenu et celles d’Ivry c’est vous qui a voté contre.

Sylvie Moisy


EN BREF

Tarifs des activités municipales inchangés
Sur décision de l’assemblée communale, aucune augmentation ne sera appliquée sur les participations financières des usagers aux activités municipales péri et extra-scolaires, culturelles et sportives pour la saison 2020-2021.
Par ailleurs, l’accès aux dispositifs « Si t’es sport » et « L’été sportif » en juillet et aout 2020 sont gratuits. 

Taxe de séjour reporté
Afin de soutenir le secteur du tourisme et de l’hôtellerie, et préserver l’emploi, le conseil municipal a reporté au 31 décembre 2020 le versement par les hébergeurs de la taxe de séjour des deuxième et troisième trimestres 2020. 

Réhabilitation Cité Maurice Thorez
Le conseil municipal a accordé à l’OPH sa garantie communale pour l’emprunt de 1 365 0000 € contracté dans le cadre de la réhabilitation des 399 logements locatifs sociaux de la cité Maurice Thorez (70 avenue Georges Gosnat). En contrepartie, la Ville sera réservataire de 80 logements.
Ces travaux - qui devraient débuter au second semestre 2020 - porteront sur la création d’un réseau d’eau chaude sanitaire collectif, la rénovation partielle ou complète des réseaux d’évacuations, le confort acoustique et thermique, la mise en conformité des installations électriques, et l’amélioration du cadre de vie dans les partis communes.

Aide à l’entretien et la réhabilitation du patrimoine OPH
Afin de contribuer à l’amélioration du confort des logements, le conseil municipal a octroyé à l’OPH une participation communale de 1 845 000 € pour l’entretien de son patrimoine et la réalisation de travaux dans les cités.

Rénovation thermique du centre administratif Marcel Cachin
L’assemblée communale a approuvé le dépôt d’une déclaration préalable de travaux afin de procéder à la réhabilitation thermique du centre administratif Marcel Cachin (place Marcel Cachin). Ces travaux visent à améliorer la performance énergétique du bâtiment construit en 1956. 
Ce bâtiment rassemble notamment les directions municipales de la scolarité et des sports, l’Espace municipal de médiation et d’accès au droit, le service municipal des agents de surveillance de la voie publique.
Ces travaux permettront de réaliser à terme une économie d’énergie de 40% et d’améliorer le confort des agents communaux et des usagers. 

Retour en haut de page