202010-Hebdo-Credac_DavidMerle-1500.png
© Mairie d’Ivry-sur-Seine - David Merle

Elle a bousculé les habitudes, requestionné les certitudes, poussé à regarder en soi. La période de confinement est passée par là et n’a laissé personne indifférent. Le Crédac, centre d’art contemporain d’Ivry, s’en est emparé pour mettre en lumière, à travers l’exposition internationale La vie des tables, le travail des artistes durant ce moment particulier de recentrage sur soi.

Quarante-neuf tables numérotées (plus une pour les invités du centre d’art) occupent les vastes salles vitrées. De cuisine, de bureau, de travail, de jeu, en plastique, bois, verre, stratifiée… Chacune a été choisie en fonction de l’artiste qui allait l’investir.

Le moulage d’un bulbe en fleur de la canadienne Liz Magor semble indiquer que la plante - et nous avec - possède en elle assez de ressources pour renaître. La libanaise Nour Awada a fait évoluer son œuvre en fonction de l’actualité dramatique de son pays et a demandé à ce que « sa » table en verre vole en éclat. Un ensemble de mini-sculptures d’ennui d’Hugues Reip, à l’image des griffonnages faits pour passer le temps, invitent à s’attabler… s’attarder sur chaque élément. Ils sont la réminiscence de petits bricolages de jeunesse pour s’évader du réel…

Expo solidaire

« Avec rien, c’est l’attention que les artistes portent sur un détail qui fait que la proposition prend une dimension qui touche. », commente Claire Le Restif, directrice du Crédac. Cette exposition germait depuis longtemps dans sa tête. La pandémie ayant bouleversé la programmation, l’idée est devenue réalité. « Tout ce fantasme, cette inquiétude de ne pas pouvoir rouvrir le centre d’art, nous a poussé à nous adapter et à résister, à l’image du roseau qui plie mais ne casse pas, analyse la directrice. Dans la période compliquée et privée de convivialité que nous avons traversée, réaliser une expo collective est œuvre de solidarité. Nous avons divisé le budget, alloué à l’expo originellement prévue et repoussée à 2021, en 49 parts égales. »

Même les tables d’exposition ont été chinées par l’équipe chez Emmaüs, dans des ressourceries, prêtées par l’Epsaa, l’école d’art voisine… Une expo économe et solidaire. Et aussi intime : quoi de plus familier qu’une table ?

Ahmed Talbi

La vie des tables : jusqu’au 13 décembre.
Au Crédac - centre d’art contemporain : 1 place Pierre Gosnat (à la Manufacture des Œillets). 01 49 60 25 06.

Retour en haut de page