USI-football-Pierre_Mpabbe-1500_credit-David_Merle-202004.jpg
Après avoir entraîné l’USI Foot de 2009 à 2014, Pierre Mbappé vient d'être désigné président du club. © Mairie d'Ivry-sur-Seine - David Merle

Ivry ma ville hebdo : À quand remonte les premiers contacts avec l’USI Foot ?

Pierre Mbappé : Ils ont commencé il y a deux ans. À l’époque on m‘avait proposé de revenir en tant que manager général, mais j’ai décliné l’offre parce que j’étais en création d’entreprise. Puis le club est revenu vers moi en octobre dernier pour me proposer la présidence. Les dirigeants avaient fait une short-list de présidents potentiels, et mon nom a fait l’unanimité. Ils ne savaient pas si j’allais accepter. Ils m’ont appelé et vous connaissez la suite…

Ivry ma ville hebdo : Pourquoi avoir accepté cette fois ?

Pierre Mbappé : Parce que c’est le moment ! Je suis prêt, plus mature et j’en ai envie. Ce que j’ai apprécié dès le départ, c’est la clarté des échanges avec Christopher Arquizan(président démissionnaire) et Michel Castejon (manager général, en partance lui aussi). Ils m’ont parlé des problèmes qui existaient entre le club et la mairie. Je n’ai pas dit oui tout de suite car je voulais d’abord rencontrer la municipalité pour avoir un échange transparent. Ce qui m’a tout de suite rassuré, c’est que les raisons de la fracture étaient les mêmes du côté du club comme du côté de la mairie, alors que parfois dans des conflits chaque partie a sa version. Ce n’est pas le cas ici. Moi, je ne suis pas un conciliateur, ni pour l’un ni pour l’autre. Mais il me fallait l’adhésion aussi de la mairie pour voir s’il n’y avait pas une cassure définitive, que cela pouvait redémarrer. Les conditions étant réunies, donc je suis là aujourd’hui. 

Ivry ma ville hebdo : Quel est votre projet pour l’USI Foot ?

Pierre Mbappé : Je veux redynamiser le club, former des sportifs et des citoyens. Mon projet est en lien avec la convention passée avec la mairie que je vais m’atteler à respecter. Je me suis retrouvé dans ses attentes. Ce que m’a demandé la municipalité correspond à ma vision : le foot dans la ville, le foot pour tous, le développement du foot féminin… Tout cela me parle, c’est ce que j’ai envie de faire. Mon désir est de fédérer et de créer une nouvelle dynamique avec une structuration claire et lisible de tous avec des pôles de compétences dédiés à chaque secteur. Ceux-ci seront gérés et animés par des commissions qui pourront faire les bons arbitrages et assurer ainsi une gestion humaine, professionnelle et en toute équité.

« Développer le foot féminin »

Ivry ma ville hebdo : 80% de l’ancienne équipe dirigeante s’en va. Qui allez-vous prendre pour travailler avec vous ?

Pierre Mbappé : Il faudra utiliser et optimiser toutes les forces vives du club, où il y a de la compétence. Je vais faire un point avec les salariés et les bénévoles. Vu mon projet, il faudra aller chercher aussi de la compétence à l’extérieur.

Ivry ma ville hebdo : Dans votre projet, vous souhaitez développer le football féminin…

Pierre Mbappé : C’est dans la logique du sport pour tous. Une personne sera chargée du développement du foot féminin. Je ne vais pas la citer car elle n’est pas encore sous contrat, mais elle connaît très bien le foot féminin. Elle est plus à même de le faire que moi. Je souhaite mettre aussi en place une section de baby foot pour les enfants de 3 à 6 ans. Je réfléchis aussi à une section futsal…

Ivry ma ville hebdo: Le club compte aujourd’hui 800 licenciés. Leur nombre peut-il augmenter ?

Pierre Mbappé : Quand j’étais entraîneur de l’USI Foot (entre 2009 et 2014), il y avait 1 100 licenciés. On peut encore augmenter, car à Ivry il y a pas mal d’infrastructures pour le foot. Si on ajoute des sections féminines et baby foot on va augmenter mathématiquement le nombre de licenciés.

« Impliquer les parents »

Ivry ma ville hebdo : Il y a aujourd’hui une crise du bénévolat. Avez-vous bon espoir d’avoir assez de bénévoles ?

Pierre Mbappé : J’ai plus que bon espoir. Beaucoup de clubs ignorent les parents, or si l’on veut réussir, il faut les concerner. Les parents, la famille, font partie intégrante du projet de l’enfant dans le sport. Moi je veux les impliquer, et je n’ai aucun doute là-dessus. Si on veut attirer d’autres parents, il faut communiquer sur ce qui se passe dans le club. D’ailleurs je prendrai une maman de licenciés pour faire partie du bureau.

Ivry ma ville hebdo: Comment trouvez-vous le club au niveau des résultats sportifs ? Y a-t-il une volonté de faire monter l’équipe première (actuellement en N3) ?

Pierre Mbappé : J’ai plus réfléchi à la structuration du club qu’à la partie technique. Simplement parce que la partie technique, je la connais pas cœur. Ma seule ambition, c’est de redynamiser le club, d’avoir une structure visible et lisible de tous. Je considère que si nous travaillons bien, nous aurons les résultats escomptés. Le potentiel ivryen est énorme. Le club, tel qu’il est conçu, a le potentiel pour le niveau National (troisième division). Maintenant, je n’ai pas d’attente particulière. Et avant de parler de l’équipe première, je pense à l’école de foot qui sera garante de l’avenir du club. Aujourd’hui ça se passe bien pour l’équipe première, avec une présence depuis deux ans en haut de tableau. Quand on le compare à d’autres clubs franciliens, l’USI Foot est très bien gérée au niveau financier depuis plusieurs années. Il n’y a aucun souci avec la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion, le gendarme financier de la Fédération française de football, NDLR). C’est un club en bonne santé.

« Pour Ivry je ne prendrais pas Kylian, mais son père ! »

Ivry ma ville hebdo : Vous avez un attachement particulier avec ce club et cette ville depuis votre passage comme entraîneur entre 2009 et 2014…

Pierre Mbappé : C’est à Ivry que j’ai passé mes meilleures années d’entraîneur. À l’époque quand Michel Castejon m’a appelé, je sortais d’une réussite à Levallois. Il m’a fait confiance et on est monté dès la première saison (de CFA 2, la cinquième division, au CFA) alors que le club végétait depuis plusieurs années. J’ai vibré avec les joueurs et cela a créé des liens particuliers. Même après l’avoir quitté, j’ai toujours eu un œil sur le club et j’ai gardé des liens avec des anciens joueurs, des dirigeants… Quand je rencontrais des Ivryens au stade ou au Parc des princes, ils me demandaient : "quand reviens-tu ?"

Ivry ma ville hebdo : Votre neveu Kylian Mbappé viendra-t-il taper la balle à Ivry ?

Pierre Mbappé : Ici, ce n’est pas le club de Kylian. Il est déjà très sollicité. Maintenant on verra s’il y a une possibilité sur un événement, il faudra voir son planninget ce n’est pas moi qui le gère. Mais avant Kylian il y a pleins d’autres joueurs qui m‘intéressent : Cédric Bakambu (né et formé à Ivry, joue à Beijing Guoan), Jimmy Briand (joueur de l’USI de 7 à 13 ans, joue aux Girondins de Bordeaux), Kadidiatou Diani (passée par l’USI, joue au PSG)…  Si des Ivryens doivent s’identifier aux footballeurs, ce serait bien qu’ils s’identifient à ces joueurs et joueuses-là. Vous savez, si je dois recruter quelqu’un dans la famille Mbappé ce n’est pas Kylian que je prends, c’est son père ! Mon frère, Wilfried, a formé tellement de joueurs. Il pourrait transmettre la formation à tous mes éducateurs. En tout cas en tant que président, c’est ça que je ferais.

Propos recueillis par Philippe Gril

*La Ville et l’US Ivry Foot sortent de plusieurs mois de conflit, notamment suite à la découverte par la municipalité d’importantes réserves financières dans les caisses du club. Ce constat avait poussé la Ville, après vote au Conseil municipal, à diminuer de façon conséquente sa subvention au club (de 475 000 € en 2018 à 204 000 € en 2019) et à commander un audit de ses finances. Audit refusé dans un premier temps par l’USI Foot, et même contesté devant la justice. Dans ces conditions, l’habituelle convention d’objectifs triennale signée entre les deux parties pour régir la pratique a été remplacée, pour 2020, par une convention annuelle. La subvention de 233 000 € étant versée en trois fois, sous conditions.La subvention versée à l’USI Foot pour 2021 sera examinée le 8 avril par le conseil municipal.

Retour en haut de page