529-actu-1-CM_ROBESPIERRE_HEBDO-1500-credit-David-Merle-8_10_2020.jpg
Crédit : Mairie d’Ivry-sur-Seine - David Merle

Rentrée scolaire : des moyens pour nos enfants !

Le Code de l’éducation nationale stipule que l’éducation est la première priorité nationale. Encore faut-il y mettre les moyens. Le conseil municipal a débattu d’un vœu portant sur la rentrée scolaire à Ivry.

« Une rentrée scolaire tout sauf joyeuse ». Couplé à l’information sur la rentrée scolaire des premier et second degrés, le vœu présenté au nom de la majorité Ensemble pour Ivry donne d’entrée le ton de la séance du conseil municipal, ce 8 octobre.

« Je suis atterrée par ce que je vis quotidiennement dans le cadre de ma délégation, déplore Fabienne Oudart, adjointe au maire en charge de la politique éducative qui détaille le contenu du vœu et exprime sa forte inquiétude. Les conséquences de la crise sanitaire impactent la carte scolaire et les structures pédagogiques. Cette crise a mis en relief les inégalités sociales, territoriales, économiques et éducatives. Les protocoles sanitaires sont en perpétuel changement et toujours pas en adéquation avec ceux des centres de loisirs ! Cette rentrée atypique aurait dû garantir le droit à l’éducation et à l’émancipation de tous les élèves. Aujourd’hui, les équipes pédagogiques sont insuffisantes pour les accompagner dans leur parcours scolaire... »

À travers cette présentation, l’assemblée communale demande, entre autres points, la réouverture de classes dans les écoles les plus en tension, le recrutement d’un médecin scolaire dédié à notre secteur, la création d’un sixième pôle de toute petite section. Mais également l’affectation des vingt accompagnants des élèves en situation de handicap, celle du conseiller principal d’éducation (CPE) manquant au lycée Fernand Léger… La liste des exigences est longue et précise.

« Du corps enseignant aux élèves, en passant par le personnel communal et les parents d’élèves, tout le monde a payé, et continue à payer, les errements du gouvernement dans sa gestion de la crise sanitaire au sein des établissements scolaires », confirme Clément Pecqueux d’Ensemble pour Ivry.

Un propos que ne partage pas Rachida Kaaout, du groupe Ivry c’est vous, pour qui « les différents protocoles ont permis de retrouver le chemin de l’école dans un climat serein et de façon joyeuse. Force est de constater que les écoles ne se sont pas transformées en clusters : la semaine dernière, seul 0,02 % des établissements scolaires en France étaient fermés ! ». Des chiffres « tronqués » que conteste Philippe Bouyssou, le maire, car ils n’incluent que les écoles intégralement fermées et non pas les très nombreuses classes fermées en sus. « L’opacité gouvernementale sur les données renforce chez beaucoup d’habitants le sentiment qu’on maintient debout les éléments qui permettent d’aller travailler, à savoir les transports et l’école, en allégeant les protocoles sanitaires, analyse le maire. Ce double discours du gouvernement n’est pas rassurant. »

Pour Kheira Freih Bengabou, d’Ensemble pour Ivry, « il y a une réalité de terrain » à prendre en compte. « Nous constatons un manque de moyens humains dans les écoles. Il faut absolument que le personnel soit en effectif complet, en particulier dans les établissements en réseau d’éducation prioritaires. Nous regrettons également l’absence de médecin scolaire, surtout dans la période. »

« La majorité municipale nous présente une rentrée presque normale alors que de nombreuses situations difficiles ont perturbé le quotidien des enfants et révélé des hauts degrés d’impréparation, dénonce David Fourdrignier, du groupe Ivry Autrement. Avec pour point d’orgue, le simulacre de fermeture des écoles le 17 septembre dernier. »

« Nous avons fait valoir que, ce jour de grève, le protocole sanitaire ne serait pas appliqué ou très inégalement dans les écoles du fait des effectifs techniques prévus, rappelle le maire. Ne voulant pas prendre le risque de mettre les enfants en danger, j’ai voulu dégager la responsabilité de la commune sur ce point. Ça n’a posé aucun problème à l’Éducation nationale et au préfet qui n’en ont absolument pas tenu compte et ont demandé de manière péremptoire l’ouverture des écoles. Heureusement, cela n’a pas généré de cluster. Heureusement. »

Le vœu a été adopté à l’unanimité.

Ahmed Talbi

Nouvel adjoint : délégations redimensionnées

Ce 8 octobre a vu Bertrand Quinet devenir adjoint au maire en charge de la politique solidaire.

Applaudissements fournis d’un côté, accueil bienveillant de l’autre, la séance du conseil municipal, pour sa première délibération, était pour le moins animée. « Je salue avec beaucoup de chaleur et de sincérité l’important travail accompli par Mehdi auprès des habitants de notre ville les plus en difficulté », commence Philippe Bouyssou, le maire.

Après l’annonce de la démission de Mehdi Mokrani de ses fonctions d’adjoint, l’assemblée communale devait désigner un nouvel adjoint, choisi parmi les conseillers municipaux. Pour respecter la parité, le maire a soumis la candidature de Bertrand Quinet au poste de dix-septième adjoint. Après un vote à bulletin secret (47 suffrages exprimés : 7 blancs et 40 pour), ce dernier est élu et a désormais en charge la politique solidaire incluant le Centre communal d’action sociale, les politiques sociales, d’insertion, l’hébergement d’urgence et la coordination des Maisons municipales de quartier. Il s’est vu remettre, solennellement, son écharpe d’adjoint par le maire.

Le reste des domaines que portait jusqu’alors Mehdi Mokrani a été redistribué à d’autres élus. Ainsi, Atef Rhouma qui a la responsabilité des commerces, de l’artisanat, des marchés, de l’activité économique et de l’emploi, voit sa délégation accueillir également les enjeux de l’économie sociale et solidaire. Sabrina Sebaihi, quant à elle, ajoute les questions de l’habitat indigne à ses responsabilités comprenant déjà la santé, l’accès aux soins, l’action handicap, la politique de la ville et la sécurité des établissements recevant du public. Le maire, quant à lui, assumera la présidence de l’Office public de l’habitat d’Ivry.

Ahmed Talbi

En bref

Nouveau règlement
Premier conseil municipal intégralement filmé et diffusé en direct sur les réseaux sociaux de la Ville, cette séance comptait une autre particularité. Les 87 points et les 4 vœux à l’ordre du jour ont été présentés par des membres de la majorité municipale et ont pu être débattus, si l’assemblée le souhaitait.

Commissions
Tous les points à l’ordre du jour étaient classés en quatre grands domaines, les mêmes que les commissions municipales créées avec l’adoption d’un nouveau règlement intérieur : la ville qui débat ; la ville en transition ; la ville solidaire ; la ville qui émancipe. Ce nouveau règlement prévoit également de permettre à chaque groupe de l’opposition de proposer chaque année une délibération au conseil municipal.

Cité Thorez
Création d’un réseau d’eau chaude collectif, rénovation thermique, acoustique, électrique… La municipalité participe à la réhabilitation des 329 logements sociaux de la cité Maurice Thorez à hauteur de 2,4 millions d’euros. Elle verse cette année le solde, par anticipation, d’un montant de 534 000 € à l’Office public de l’habitat d’Ivry.

Solidarité
Le conseil municipal a adopté un vœu en solidarité avec la minorité musulmane ouïghoure qui subit une répression massive du régime chinois : « selon des experts de l’ONU et des militants des droits de l’Homme, au moins un million de Ouïghours auraient été internés dans des camps de ˵rééducation˶ : des centres de détention et de torture de masse. » Une subvention exceptionnelle de 1 000 € est apportée aux organisations aidant la cause ouïghoure (l'association bénéficiaire n'a pas encore été identifiée).

Retrouvez la vidéo du conseil municipal du 8 octobre 2020.

Retour en haut de page