500-actu-1-prefet-1500.jpg
Le maire d’Ivry, Philippe Bouyssou (à gauche) en pleine discussion avec le préfet Raymond Le Deun, aux jardins ouvriers. Crédit : Mairie d’Ivry-sur-Seine - Marie-Pierre Dieterlé

Il n’était pas encore venu à Ivry-sur-Seine depuis sa prise de fonctions début août. C’est chose faite. Le nouveau préfet du Val-de-Marne, Raymond Le Deun, a été accueilli jeudi 30 janvier par le maire Philippe Bouyssou et son premier adjoint, Romain Marchand. Une visite de courtoisie, qui a cependant permis d’aborder avec le représentant de l’État des problématiques de notre Ville qui concernent ses prérogatives. Rendez-vous avait été donné à la maison de quartier Gagarine – Centre-ville.

Après un rapide point sur l’avancée des travaux de déconstruction de la cité et la future Zac, Philippe Bouyssou a emmené le préfet devant le 25 rue Westermeyer, où deux personnes ont péri dans l’incendie d’un immeuble insalubre et muré, le 24 novembre dernier, afin d’évoquer la lutte contre l’habitat indigne et le relogement des familles concernées.

Trafic de drogue

Deux sujets ont été plus particulièrement abordés lors de cette visite. La lutte contre le trafic de stupéfiants, d’abord, avec une visite de la cité des Longs Sillons (photo ci-dessous), au Petit-Ivry, confrontée depuis plusieurs mois à la présence récurrente de dealers, malgré les interventions policières et les aménagements réalisés par la Ville (fermeture du parking souterrain, soutien à l’atelier-café La Tracterie, adjacent à la cité...)

L’autre sujet plus largement abordé aura concerné la sauvegarde des jardins ouvriers du fort. La municipalité souhaite que l’Etat lui vende pour 1 € symbolique les terrains qui appartiennent toujours à l’Armée, ce qu’il ne semble pas enclin à faire pour le moment, a averti le préfet le Deun. « Nous voulons préserver les jardins ouvriers en l’état, a expliqué Philippe Bouyssou, mais nous avons besoin de financements de l’État ».

D’autant que la Ville a trouvé un accord avec la Société du Grand Paris pour que les terres issues des travaux du métro Grand Paris Express servent à combler les carrières qui menacent toujours le site du Fort. Coût estimé de l’opération : 3 millions d’euros, qu’Ivry ne pourra jamais supporter seule. Sur ce sujet comme sur les autres, le préfet a pris note des demandes sans s’avancer, préférant attendre les prochaines élections municipales à l’issue desquelles une nouvelle rencontre sera organisée. Il ne s’agissait, une nouvelle fois, que d’une première visite. 

Philippe Gril

Retour en haut de page